Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 12:51

 

      mots-clés eau Irlande Droits de l'Homme payants Troïka.

 

On se croit revenu deux siècles en arrière !

Au lendemain de Waterloo, les monarques signent le "  Traité de Sainte Alliance ". Il s'agit de restaurer l'ordre ancien. 
A la poubelle la République, les Droits de l'Homme et autres blasphèmes contre l'ordre divin établi. Napoléon, avec ses idées révolutionnaires :
 A Sainte Hélène !

Leurs Majestés .... déclarent solenellement que le présent acte n'a pour objet que de manifester à la face de l'univers leur détermination inébranlable de ne prendre pour règle de conduite, soit dans l'administration  de leurs Etats respectifs, soit dans leurs relations politiques avec tout autre gouvernement, que les préceptes de cette religion sainte, préceptes de justice, de charité et de paix qui loin d'être uniquement applicables à la vie privée, doivent au contraire influer directement sur les résolutions des princes,et guider toutes leurs démarches comme étant le seul moyen de consolider les institutions humaines et de remédier à leurs imperfections.

La très Sainte et indivisible Trinité est remplacée par la TROIKA.

Le dogme est la Constitution européenne.

Le pape est Junker !

On est très très loin de l'Edit de Moulins, du Décret du 4 août et des Droits de l'Homme.

Même si on parle d'un Droit de l'Homme, comme l'eau, il faut privatiser.

Concilier un DH avec son accès payant. Mais de quoi vous parlez ? Non mais vraiment, je ne comprends pas ce que vous voulez dire ! 

 

 

Jean-Luc Touly <touly@acme-eau.com>

Pièces jointes 31 janv.
 
À fr-famelettreRayPatrickPeterAnnegenestouxTHIERRYannie.bouzinacBonnardPascaleFrédéricMichelMarie-ClaudeEricCMartinecgandilhonPabloMartinLucet

ManifestationL’eau facturée, qui était jusqu’ici gratuite, focalise la grogne des Irlandais, qui manifestent aujourd’hui 31 janvier 2015.

Plusieurs manifestations contre cette taxe ont eu lieu cet automne, dont la dernière, le 10 décembre, a réuni près de 100'000 personnes

Les Irlandais vont une nouvelle fois descendre dans la rue ce samedi pour protester contre la mise en place de compteurs d’eau individuels dans les foyers. Jusqu’ici, la consommation d’eau n’était pas facturée en Irlande. Une taxe sur l’eau était en effet incluse dans les impôts. La distribution de l’eau était donc quasi gratuite.

Le projet d’installation de compteurs, décidé par le gouvernement en 2013 et mené par Irish Water, une société créée par l’État, devait aboutir en ce mois de janvier. Mais en novembre, de grandes manifestations contestaient ce projet, listé parmi

les réformes exigées par le Fonds monétaire international,

l’Union européenne et la Banque centrale européenne, en

contrepartie d’un plan d’aide financière à l’Irlande, touchée

par la crise.

En novembre dernier, la rue avait alors obtenu que le gouvernement passe de 400 euros à 160 euros, le forfait annuel d’abonnement, imposé à chaque foyer. Mais cela ne suffit pas.

Les opposants craignent que l’entreprise nationale ne soit à terme privatisée pour tomber dans les mains des multinationales du secteur. Ils ne doutent pas que le prix de l’eau subira alors une forte hausse, comme partout ailleurs. Ils jugent aussi que les aides aux plus démunis sont trop faibles. Ils sont enfin révoltés par l’annonce de bonus accordés à la direction d’Irish Water, en cette période de vaches maigres.

Cet hiver, des actions ont été menées pour empêcher l’installation de compteurs d’eau à Cork, au sud de l’île, comme à Donaghmede, au nord-est de Dublin. Des réunions d’Irish Water ont été perturbées. Des installateurs de compteurs ont été séquestrés. Des appareils ont été vandalisés.

S’ils défilent avec des pancartes «Mort à Irish Water», les Irlandais se dressent plus largement contre l’austérité ou les privatisations inspirées par l’Europe. L’eau payante est devenue le point de fixation d’une grogne plus large contre les mesures d’austérité imposées aux populations

Partager cet article

Repost 0
Published by P. Héau
commenter cet article

commentaires